53

Histoire de Porsche 934

Histoire de Porsche 934

Histoire de Porsche 934 ex Wollek

Numéro de châssis: 930 670 0158
Numéro de production: 1063542
Numéro du moteur: 676 xxxx

Parallèlement à l'introduction de la Porsche 911 turbo (désignation en usine : 930), le service Sport de la maison développa la version véhicule de course 934. Afin d'être homologué comme automobile de course du groupe 4 (véhicule à turbine à gaz spécial GT), 400 exemplaires à construction similaire du modèle de base devaient être produits en l'espace de deux fois 12 mois, pour Porsche, ce n'était pas un problème, étant donné que la demande était nettement plus élevée.

La 934 fut le successeur du modèle Carrera RSR qui avait rempli pendant 3 ans les critères du GT sport. En raison de la suralimentation par turbosoufflante, la cylindrée du moteur fut en effet soumise à un facteur de 1,4. 4200 cm ³ , et le véhicule dût passer dans la classe supérieure à 3000 cm ³.

La puissance du moteur pouvait atteindre entre 480 et 560 CV en continu avec l'aide d'une «roue à vapeur». Avec un poids homologué de 1 120 kg, chaque CV pouvait bouger environ 2 kg. C'est-à-dire que la 934 dynamisait, depuis le début déjà, son entourage, en particulier sur des distances rapides. Le déclenchement retardé du turbocompresseur était désavantageux, comparé au moteur à aspiration. Les pilotes devaient tout d'abord s'habituer à accélérer avant le point culminant du virage. En outre, le véhicule ne disposait pas de 5 mais de 4 rapports avant.

Pour la saison 1976, Porsche relança une petite série de 30 véhicules (Numéros de châssis : 930 670 0151 jusqu'à 930 670 0180). A cela vinrent s'ajouter un véhicule fabriqué en atelier (Numéro de
châssis : 930 670 0540) ainsi qu'une version construite par un client (Numéro de châssis : 006 0022).

Aux Etats-Unis, le modèle fut tellement apprécié que Porsche fabriqua, en 1977, une autre petite série de 10 véhicules (Numéros de châssis: 930 670 0951 jusqu'à 930 670 0960). Ces véhicules sont aujourd'hui désignés type 934 ½ .

En tout 42 véhicules de type 934 furent construits.

L'équipe des frères Manfred et Erwin Kremer, originaires de Cologne, commanda deux 934 «finis» ((#930 670 0158 et (#930 670 0166), par lesquels fut crée un 935 (groupe 5) ainsi qu'un autre 934 (voir ci-dessus).

Alors que la Porsche de couleur verte 934 (#930 670 0166) conduit par le pilote favori Bob Wallek participa au championnat allemand de course DRM, le véhicule blanc (#930 670 0158) resta réservé au pilote privé Gerhard Holup, originaire de Kaarst, pour la plupart de ses départs. Gerhard Holup a commencé en 1969 la course automobile, et ne conduisit que Porsche, les années suivantes, il participa financièrement à la 76ème 934. En accord avec lui, les frères Kremer introduisirent le véhicule lors d'autres courses très importantes pour l'équipe.

A cela s'ajouta les 24 Heures du Mans où les français Bob Wollek, Didier Pironi et Marie-Claude Beaumont arrivèrent, après deux changements d'embrayage, à la 19ème place du classement général à leur grande déception.
A Norisring à Nuremberg, Bob Wollek pilota lors du championnat allemand DRM pour une course dans son véhicule habituel (vert).

Lors de la course d'évaluation au championnat européen GT, il s'imposa dans son véhicule de course blanc et se retira après une défaillance de la boîte de vitesses. Ensuite dans les 6 heures de Dijon, une course pour le championnat des Marques, il s'agissait pour BOB Wallek de points importants pour la Porsche Cup. Après qu'il eut participé à la course avec le 935, il changea ensuite pour le 934. Avec le soutien de Reinhold Jöst et de Jürgen Barth, l'équipe occupa la 8ème place au classement général et fut le vainqueur de l'évaluation GT.

Lors de la dernière course du championnat DRM, le véhicule fut loué à Hartwig Bertrams, originaire de Leichlingen. Le champion européen GT de 1975 avait couru pendant toute la saison pour l'entrepreneur de Solingen Egon Evertz. A la fin de la saison, il y eut des différences évidentes qui eurent pour conséquences le choix du pilote finlandais Leo Kinnunen comme favori, Bertrams resta sans véhicule. Ensuite, le véhicule fut piloté par Hans Heyer de Wegberg et par Dieter Schornstein d'Aix-La-Chapelle.

Pour Schornstein cela a dû être une sorte d'essai, car il acheta le véhicule et conduisit principalement en Allemagne lors de la saison 1977 mais également en Angleterre et aussi dans les pays voisins. Sponsorisé par la société Sekurit, certaines parties du véhicule furent peintes en bleu et l'écriture SEKURIT fut apposée sur les quatre côtés.

Schornstein avait placé l'année précédente, une Porsche Carrera RS 3,0 litres dans le groupe 3 (séries véhicules à gaz à turbine GT) et avait eu d'emblée beaucoup de succès.
Avec la 934, il attaqua les 10 courses du championnat allemand, alla au départ de trois courses au championnat des Marques (Nürburgring, Brands Hatch et Hockenheim) et conduisit partout encore où il pouvait.

Lors des courses du championnat DRM, il obtint la 5ème place dans la division I, son meilleur résultat (supérieur à 2 000 cm ³) . Cela n'était pas forcément dû aux prouesses de conduite de Schornstein, mais aussi à toutes les équipes de pointe (Kremer, Loos, Max Moritz) qui participèrent avec des véhicules de type 935 dans le groupe 5.
Lors de certaines manifestations, Schornstein conduisit également dans le groupe 5. Le véhicule resta le même, mais après le montage de l'aile arrière du 935 et les autres pneumatiques, il ne correspondait plus au classement GT du groupe.
En tout, Schornstein disputa 20 courses en 1977. Il fut soutenu par Götz von Tschirnhaus et le belge Alain Peltier lors des courses longues distances.

En 1978 Schornstein voulut changer de modèle, il commanda une nouvelle Porsche 935 et revendit la 934 âgée de 2 ans à Gerhard Holup.

Gerhard Holup intégra à l'équipe le conducteur privé Edgar Dören, originaire de Wuppertal, et concoura avec lui dans les courses européennes du championnat des Marques. Dören avait un contrat publicitaire avec le fabricant d'outillage Weralit, la 934, qui à l'origine avait des traits bleus, changeant de couleur en portant des traits verts et rouges.

Lors des 7 „grandes“ courses, l' un se plaça à la 1ère place et l'autre à la 2ème place de l'évaluation GT. Lors des manifestations particulièrement importantes, la course des 1 000 km sur le Nürburgring et les 24 Heures du Mans, il y eut malheureusement des abandons dus à des incidents techniques.

Pour le Mans, le 930 670 0158 eut une nouvelle peinture orange en raison des fonds de Jägermeister

Jusqu'à la fin de la saison, la couleur resta et elle reprit sa couleur initiale en 1970 : blanc avec des traits verts et rouges avec la marque logo Weralit.

Après la saison de 1978 de loin satisfaisante, de nouveaux plans furent conçus pour 1979. Lors du championnat allemand DRM, les organisateurs s'inquiétaient d'obtenir suffisamment de participants s'intéressant à cette catégorie. De cette réflexion, on inventa le trophée de la course automobile allemande, une évaluation spéciale pour les véhicules du groupe 4, qui ensemble avec les bolides du groupe 5, participaient au départ.
En outre, les 934 ne restaient pas entre elles. BMW avait entre temps introduit le type M1 sur le marché et l'avait homologué comme véhicule GT. Le M1 était un véhicule de sport avec moteur moyen équipé d'un châssis tubulaire et un moteur à 6 cylindres en ligne de 3,5 litres, qui donnait une performance de 450 CV grâce à la technique des 4 vannes. Ce système signifiait une légère supériorité pour BMW, en particulier pour les courses avec virages nombreux.

Cependant, Edgar Dören réussit quatre fois en tout à se positionner pour l'évaluation. Ces quatre victoires ainsi que les placements restants suffisaient à gagner le championnat.

En 4 ans, 930 670 0158 avait jusqu'alors disputé 66 courses, avait participé au départ, deux fois au Mans, deux fois à la course des 1 000 km sur le Nürburgring et avait gagné un championnat en 1979.
Malgré ce bilan, les jours en Europe étaient comptés et le véhicule reçut aux Etats-Unis un nouveau champ d'activité. Le nouveau propriétaire s'appelait Jack Refenning, il habitait en Floride et possédait un atelier Porsche avec le nom élégant «901 Shop».

Après des abandons en course lors des 24 Heures de Daytona en 1980 puis des 12 heures de Sebring en 1981, la participation lors de la saison 1982, les 24 Heures de Daytona étaient couronnées de succès : 9 ème place dans le classement général et 3 ème dans l'évaluation IMSA GTO

En août 1982, Jack Refenning proposa l'achat de la 934 comme «véhicule du championnat allemand 1979» dans le magazine américain Porsche Clubs «Panorama». Cela laissait supposer que la carrière sportive de 930 670 0158 après 7 années et plus de 70 courses touchait à sa fin.

Le véhicule arriva de France en Allemagne, où il fut rénové avec difficulté en 2006 par la maison Freisinger à Karlsruhe.

Nous remercions Monsieur Ulrich E. Trispel pour l'aimable mise à disposition de son exposé

La chronique de la course automobile de la Porsche 934

Restauration Porsche 934 ex Wollek

FREISINGER MOTORSPORT
»
fon: 0049 (0)7 21 / 55 49 -26
fax: 0049 (0)7 21 / 55 49 -25
Printzstraße 7-9a
D-76139 Karlsruhe | Germany

© 2006-2018 FREISINGER MOTORSPORT
Alle Rechte vorbehalten. Webdesign: astrals | Internetagentur & Filmproduktion

Generated in: 0.0241 s